Extraits choisis – Part 1

Je ne sais plus trop comment vous convaincre de lire Terry Pratchett… Faire un article par livre me parait un peu fastidieux, et risque d’être lassant pour vous (avec beaucoup trop de mots comme « génial », « formidable », « admirable », « super », etc…). Il y aura probablement un jour un ou des articles sur certains arcs des Annales du Disque-Monde, mais ce n’est pas pour tout de suite.

 

J’ai donc décidé de vous livrer des extraits de ces livres que j’aime beaucoup, choisis par leur humour, leur justesse, leur profondeur, ou leur absurdité, ou tout ça à la fois. Je ferai plusieurs articles de ce genre tout au long de l’année, au fil de mes relectures, soit avec des gros passages, comme maintenant, soit avec plusieurs courts extraits.

Zêtes prêts ? Attention, on va être bien bien bien….

Voici donc un extrait de « Pyramide », septième livre des Annales du Disque Monde.

 

Copolymère, le plus grand conteur de toute l’histoire du monde, se carra sur son siège et offrit un visage rayonnant aux plus grands esprits du Disque attablés dans la salle à manger.
Teppic avait enrichi son stock de connaissance d’un iota : « symposium » voulait dire collation à la fourchette.

« Bon, fit Copolymère avant de se lancer dans l’histoire des guerres tsortiennes.

>> Bé, vous voyez, ce qui s’est passé, c’est qu’il l’avait ramenée, elle, dans son pays à lui, et que son père à elle – pas le vieux roi, celui d’avant, celui qui s’appelait chaispasquoi, il avait marié une fille du côté d’Elarhib, elle louchait, c’était quoi le nom de cette fille déjà ? ça commençait pas un P. Ou un L. Un des deux en tout cas. Son père, il avait une île dans la baie, là-bas. Papylos, je crois. Non, je raconte des bêtises, c’était Crinix. Bref, le roi, l’autre roi, j’entends, il a levé une armée et ils ont… Elénor, voilà. Elle avait une loucherie, vous savez. Mais plutôt jolie, à ce qu’il paraît. Quand je dis marié, je pense que je n’ai pas à vous mettre les points sur les i. Comprenez, ça n’était pas très officiel. Hum. Donc, il y a eu le cheval de bois, et une fois entrés…. Est-ce que je vous ai parlé du cheval ? C’était un cheval. Je suis à peu près sûr que c’était un cheval. Ou alors un poulet. Je ne vais même plus me rappeler mon nom, si ça continue ! C’était une idée de Trucmuche, là, celui avec la boiterie. La boiterie dans la jambe, je veux dire. Est-ce que je vous ai parlé de lui ? Il y avait eu ce combat. Non, ça, c’était l’autre, je crois. Oui. Enfin, bref, ce cochon de bois, une sacrée bonne idée, ils l’ont fait en bidule. J’ai le mot sur le bout de la langue. En bois, voilà. Mais ça, c’était plus tard, vous voyez. Le combat ! J’allais oublier le combat. Oui. Qué beau combat. Tout le monde, il tapait sur les boucliers en criant. L’armure de machin, elle brillait comme une armure brillante. Ce combat-là, il valait le coup d’œil. Entre Bidule, pas celui qu’avait la boiterie mais l’autre, chaispuqui, le rouquin. Vous savez bien. Grand type, avec un cheveu sur la langue. Attendez, je me souviens, il venait d’une autre île. Pas lui. L’autre, celui qui boitait. Il ne voulait pas partir, il racontait qu’il était fada. Evidemment, il était bel et bien fada, pas de doute. Je veux dire, une vache de bois !  Comme a dit Machin, là, le roi, non, pas de roi-là, l’autre, quand il a vu la chèvre, il a dit : »Ils me font peur les Ephébiens, surtout quand ils sont assez dingues pour laisser de foutus grands bestiaux de bois devant la porte, vous parlez d’un culot, ils doivent nous croire nés d’hier, flanquez-moi le feu à ça », et comme de bien entendu, Machin s’était faufilé par-derrière et avait passé tout le monde au fil de l’épée, histoire de rigoler. Est-ce que je vous ai dit qu’elle avait une loucherie ? On la trouvait belle, mais il faut de tout pour faire un monde. Oui. Bref, ça s’est passé de cette façon-là. Et alors, comme de juste, Machin – je crois qu’il s’appelait Mélycanus, il boitait – , il a voulu rentrer chez lui, enfin, c’était normal, il n’était plus tout jeune. C’est pour ça qu’il a imaginé le coup du bidule de bois. Oui. Mais je me suis trompé, Lavaelous, c’était celui connu pour son genou. Pour un beau combat, té, c’était un beau combat, je vous le garantis. »

Ils se tut, content de lui.

« Un beau combat », marmonna t’il avant de sombrer dans le sommeil, un léger sourire aux lèvres.

Teppic prit conscience qu’il avait la bouche grande ouverte. Il la referma. Autour de la table, plusieurs convives s’essuyaient les yeux.

« Magique, fit Xénon, tout bonnement magique. Chaque mot est un gland sur le baldaquin du temps.

– Cette façon qu’il a de se rappeler le moindre petit détail. Une précision qu’on a peine à croire », murmura Ibid.

 

 

 

 

Alors, ça donne envie ou pas ?

1 commentaire

  1. Ah c’est original comme article ! Je ne sais pas trop quoi en penser… Pas si simple de partager ton enthousiasme quand on ne connait pas le livre. Sorti de nulle part comme ça, ce n’est pas évident de rentrer dedans. Je me demande comment est le reste… Bref, ça intrigue, mais je ne saurais pas dire si ça donne envie. Tu me suis ou je me suis moi-même perdue ? ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *