La Horde du Contrevent (livre)

Imagine….

 

Imagine neuf formes de vent différentes. De la simple zéfirine tout juste capable de soulever une mèche de cheveux, à la sixième forme, le furvent, capable de faire s’envoler un homme. Imagine de quoi sont faites les trois dernières formes du vent…

Imagine un monde parcouru de ces vents, qui soufflent toujours depuis l’extrême amont. Un extrême amont encore inconnu, où personne n’est jamais allé. Une simple bande de terre qui va d’Ouest en Est, encadrée par deux zones recouvertes vers les glaces.

Imagine une horde, composée d’une vingtaine d’êtres humains, dont l’unique but est de partir de l’extrême aval et de parcourir le monde vers l’extrême amont pour découvrir la source du vent. Peut-être pourra t’il alors être dompté… Cette horde est la 34ème du Contrevent, partie lorsque ses membres avaient à peine une dizaine d’années, sans savoir ce qui était arrivé à la horde précédente. Voilà 27 ans qu’ils marchent.

Imagine maintenant ces 23 hordiers…L’un après l’autre, ils te racontent leur histoire, leur avancée vers l’amont, avec chacun un langage qui lui est propre, une personnalité unique. Imagine les progressant contre les vents, dans ce monde tourmenté, espérant apporter au monde la réponse que tous attendent : d’où vient le vent? Golgoth qui mène sa horde envers et contre vent, Sov qui assure la transcription de leur épopée, Arval l’éclaireur, Alme la soigneuse, Callirhoé la feuleuse, Oroshi l’aéromaîtresse… Tous te parlent et t’expliquent pourquoi ils sont là, quels sont leurs objectifs personnels, leurs rêves intimes.

      ‘                        ,                         ,    «     –       ».
,                          ,      ‘                       ,      ‘         ,      ‘      .
,               ,                              .

‘        fu      it    ,    pur                 ,    «      fou    ».
os                     stance         , jus  ‘               bi   le , jus  ‘au vivant,             .
, le     mme lié, poussi    e    r  e          .

l’or gi e fut    vitesse,           ve  nt furtif,    « vent-fou    ».
le cosmos         , prit    s   a       forme,           lente        table ,          vivant, jus  ‘  vous.
Bien      à toi,      homme lié, pouss     e          vite    .

l’origine fu        s e, le pur  ouve       rt  ,    «  en  foudre ».
Puis le cosmos         ,      consista            , jusqu’aux        s     table ,      ‘au viva t, jusqu’à vous.
Bienvenue      , lent homme    ,  ou     tres     de  vi es   .

À l’origine fut la vitesse, le pur mouvement furtif, le « vent-foudre ».
Puis le cosmos décéléra, prit consistance et forme, jusqu’aux lenteurs habitables, jusqu’au vivant, jusqu’à vous.
Bienvenue à toi, lent homme lié, poussif tresseur des vitesses.

Ne t’arrête pas aux premières pages du livre, obstine toi, suis le mouvement de la horde, suis la trace, meuves toi, fais bloc avec elle, pour vivre une des plus belles aventures littéraires qui soit. Poursuis ta lecture vers la page 1, va, file vers l’amont, vole avec Caracole de gaudrioles en farandoles, et reprends doucement ta respiration à la lecture des dernières lignes….

 

 

3 commentaires

  1. Tu m’en as déjà parlé, j’ai vraiment envie de le lire mais…je n’ai quasiment jamais lu de SF (ne tombe pas de ta chaise^^). Compliqué de commencer par ce livre ?

    1. Non, pas compliqué, car ce n’est pas tant le côté SF du livre qui est étonnant. C’est surtout la plume de l’auteur, qui peut sembler un peu indigeste à certains…
      Par exemple on se retrouve face à 23 narrateurs, les 23 hordiers, chacun représenté par un symbole de ponctuation quand ils prennent la parole. Ca demande un peu de gymnastique au début!
      Mais l’histoire vaut vraiment le coup de s’accrocher!
      Si par contre le but est de commencer la SF, je conseillerai plutôt de taper dans du culte (…) avec Fahrenheit 451, 1984, le meilleur des mondes, voir La Grande route du Nord en plus récent…

  2. C’est exactement comme tu l’as dit ! 😀
    Pas facile au premier abord, mais si on s’accroche (face au vent ?!), on n’en ressort pas indemne. C’est un livre époustouflant, à bien des égards. J’ai adoré, dévoré, fait corps avec les hordiers auxquels on s’attache petit à petit…
    Bref, comme toi, je recommande vivement la lecture de ce livre, que l’on soit adepte ou non de SF effectivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *