L’Enchanteur

Il y a des œuvres, et donc des auteurs, qui marquent à vie. René Barjavel fait partie de ces auteurs.

 

J’ai grandi avec « La nuit des temps » et « Le grand secret ». Je les ai beaucoup lu, et toujours beaucoup aimé. Si ce sont deux très belles histoires d’amour, j’appréciais surtout le genre SF de ces livres, notamment dans « La nuit des temps ». L’histoire est incroyable d’ailleurs, je vous conseille très fort de le lire si vous ne connaissez pas!

Plus tard, j’ai lu « Ravage », roman assez sombre traitant du devenir de l’humanité après l’arrêt brutal de l’électricité, que j’ai aussi beaucoup aimé. Dernièrement j’ai dévoré « Le voyageur imprudent », qui parle de voyage dans le temps de manière assez originale.

 

Puis est arrivé « L’enchanteur »… Je ne suis pas spécialement fan d’épopées arthuriennes, ni de romans de chevalerie de manière générale. J’ai lu « L’enchanteur » parce qu’il m’a été chaudement recommandé, et parce que Barjavel est quand même une valeur sûre. Et c’est bien. C’est très très bien même.

L’histoire est donc une version un peu moderne de la légende arthurienne, avec Merlin en personnage principal. On y retrouve Arthur donc, Guenièvre, Viviane la Dame du Lac, Lancelot, Gauvain, Caamelot, la quête du Graal, Perceval, Galaad, etc… On côtoie tout au long des pages des chevaliers, des épées, des tournois, des quêtes, de l’honneur, bref de la chevalerie!

Merlin, fidèle serviteur du Dieu Unique, cherche à former un chevalier au cœur pur et innocent afin de trouver le Graal et ainsi apporter la paix sur les hommes. Ses plans sont toujours contrecarrés par le Diable (son père), et Arthur, Perceval et Lancelot échouent dans leur quête. Merlin est aidé dans sa mission sacrée par Viviane, la Dame du Lac, dont il est éperdument amoureux.

Et c’est ça qui fait la beauté de ce livre : ses histoires d’amour.  Elles sont le vrai sujet du roman: l’histoire d’amour de Viviane et Merlin, et celle de Guenièvre et Lancelot. Je ne lis pas beaucoup de « romans d’amour », mais dans tous les livres que j’ai lu personne ne parle aussi bien d’amour et de sentiments amoureux que Barjavel (c’était déjà le cas dans « la nuit des temps »). C’est beau, c’est pur, c’est superbement écrit et raconté, c’est plein de respect, ça sent bon le printemps. On a envie d’y croire, de vivre avec eux, on a envie de regarder Merlin et Viviane marcher la main dans la main dans la forêt, on a envie d’écouter Lancelot nous parler de Guenièvre. L’histoire globale n’est pas en reste, et tout ça se lit très bien, quoique un peu vite à mon goût. Ca reste une histoire de chevalerie (et donc ça découpe un peu des morceaux de gens et ça transperce quelques heaumes), mais c’est vraiment l’amour qui est le thème principal de l’histoire.

 

Et de manière générale, on ressent pendant la lecture un immense respect de l’auteur pour ses personnages, ce qui en fait un roman vraiment cosy, très agréable à lire.

 

Bref j’ai aimé, beaucoup, je ne peux que vous en conseiller la lecture !

 

PS : et puis c’était rigolo de chercher les 777 différences entre l’histoire de Kaamelott et celle de Barjavel…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *