Ada

Ada est un livre particulier à plus d’un titre. Je me suis plusieurs fois posée la question pendant ma lecture de savoir si je trouvais ça bon ou mauvais, certains passages étant assez mal écrits, quand d’autres sont vraiment bons… Mais je vais peut être trop vite…

 

Ada, c’est un livre écrit par Antoine Bello en 2016. Ada c’est le nom d’une intelligence artificielle, spécialisée dans l’écriture de romans à l’eau de rose. Créée et développée par l’entreprise Turing, Ada disparaît subitement et sans explication. Un kidnapping est envisagé et l’inspecteur de police Frank Logan est chargé de l’enquête, plus ou moins contre son gré, étant quelque peu technophobe.

 

Voilà en gros pour l’histoire. Le livre a le gros intérêt de nous faire un point sur l’existence des AI, et sur tous les débats et questionnements qu’elles amènent au sein de la communauté scientifique : l’émergence d’AI de plus en plus performantes va t’elle nous emmener vers un futur comme celui décrit dans « Terminator » ou « I, Robot » ? Pourront-elles échapper à tout contrôle ? Personnellement je trouve le sujet passionnant, la science-fiction dépassant clairement son cadre pour entrer de plein fouet dans le monde réel. On a également droit à un petit exposé rapide sur la vie d’Alan Turing et ça c’est toujours chouette à lire.

En thème sous-jacent, l’auteur nous livre une critique assez acerbe du monde de l’édition, et une vision assez particulière de ce qui fait les bons et les mauvais livres…

 

Qu’en est-il de l’histoire ? Elle est somme toute assez classique, tant dans son aspect enquête policière que dans son aspect science-fiction, avec toutefois une résolution intéressante bien qu’un peu prévisible.

Quant au livre en lui-même, il est bizarrement écrit. Ada est particulièrement vulgaire et souvent énervante, et Frank Logan est un idéaliste un peu niais, ce qui peut déconcerter au fil de la lecture, car on n’arrive pas du tout à s’identifier aux personnages. Certains dialogues sont croustillants grâce à ces facettes des personnages, mais peuvent rapidement devenir lassant. Et l’enquête en elle-même manque un peu de crédibilité, on a du mal à comprendre les motivations de certains personnages…

 

D’ici cela n’a pas l’air bien terrible n’est-ce pas ? Sauf qu’il faut tenir compte du dernier chapitre, la note de l’éditeur, en fin d’ouvrage, qui justifie tout le bouquin, et même plus. Avec cette note de l’éditeur, je suis passée de « Mouais, bof » à « Ah trop bien ! « . On passe d’un simple livre de polar science-fiction à un livre qui dépasse son support et joue avec son format, et ça j’adore.

 

Bref c’est finalement une chouette découverte qui se lit assez vite et qui mérite le détour, ne serait-ce que pour les thèmes abordés, si actuels, et pour la pirouette finale qui remet en question tout le livre !

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *