Tistou les pouces verts

Il est de ces livres qui vous tombent dessus sans prévenir…

Au cours d’une balade tranquille dans un vide-grenier des Pennes Mirabeau, un beau matin de mai, j’aperçois au loin un carton plein de livres. Le dit vide-grenier étant consacré aux enfants, ne se trouvent dans ce carton que des livres jeunesses. Un petit voyage au pays de la nostalgie me fait relire les titres chéris de mon enfance, La Comtesse de Ségur et « Après la pluie le beau temps », le club des 5, le Prince Eric, Fantomette… Entre tous ces classiques lus et relus, mon œil est soudain attiré par un petit livre qui ne paie pas de mine, dont le nom de l’auteur ne m’est pas inconnu. Maurice Druon, c’est le souvenir de longs mois magiques passés à lire les « Rois Maudits » (pas tous, j’avoue, mais une bonne moitié, et puis lisez-les, c’est vraiment bien) en lisant sous ma couette pour que les parents ne voient pas la lumière…

Etant comme toujours très attachée aux auteurs que j’ai un jour aimé je me rends donc acquéreur de « Tistou les pouces verts ».

 

La préface donne le ton : seul livre de conte pour enfants de Druon, écrit entre deux tomes des « Rois Maudits », l’auteur se rend compte finalement qu’il écrit pour les enfants comme il écrit aux adultes.

… Il n’y a pas vraiment d’enfants auxquels on doive s’adresser précisément. Il y a de futures grandes personnes et aussi d’anciens enfants. Jamais, dans la vie courante, je ne prends le ton enfantin pour parler à un enfant; je ne l’imagine pas si niais qu’il me faille niaiser pour m’en faire entendre.

Tistou, c’est un petit garçon qui a deux particularités. La première, celle de pouvoir faire germer en une nuit n’importe quelle graine grâce à ces pouces. La deuxième, celle de ne pas aimer les explications toutes faites des adultes, et de ne pas comprendre comment les hommes n’arrivent pas à s’accorder pour vivre en paix alors qu’il est tellement plus simple de vivre dans le bien que dans le mal.

Ainsi Tistou ne comprend pas le fonctionnement de cette grosse prison triste et grise qu’on lui montre: comment espérer rendre les personnes enfermées dedans meilleures en les faisant tourner en rond pendant des heures dans une cour grise entourée de haut barbelés tout aussi gris ?

Pourquoi rendre aussi laids ces pauvres prisonniers; ils n’en deviendront pas meilleurs. Je sais bien que moi si l’en m’enfermait là, même sans avoir rien fait de mal, je finirais sûrement par être très méchant.

Tistou ne comprend pas pourquoi des animaux sont enlevés de leur terre natale pour se retrouver dans des cages minuscules au zoo, pas plus qu’il ne comprend pourquoi les gens des quartiers pauvres de la ville doivent vivre dans la crasse et la misère.

Donc Tistou fait pousser des plantes et des fleurs, plein de fleurs, des fleurs partout, pour soulager les maux, pour donner de l’espoir, et pour montrer une vision du monde tel qu’il devrait être.

 

J’ai adoré ce livre. Il se lit très vite et se savoure, grâce aux belles phrases de Druon, à de belles leçons sur les idées reçues et la manière de les combattre, un livre fait pour les enfants que tous les adultes devraient lire. Pour se rappeler ce qu’on doit à l’enfant qu’on était (et qu’on est toujours un peu).

 

Lisez le, c’est très chouette.

1 commentaire

  1. J’en avais déjà entendu parler, mais pas encore lu et puis j’avais oublié. Lire ton article me fait bien envie de passer à l’acte (comme souvent ^^). Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *