Le voyageur (Highwayman)

Une très belle histoire!

Nous suivons un voyageur à travers plusieurs époques, plusieurs siècles, tout en observant la déchéance de l’humanité. Les raisons de son immortalité ne nous sont révélées qu’en toute fin d’ouvrage.

Il s’agit là d’un très beau pavé de 174 pages. Les différentes époques (qui correspondent aux différents chapitres de l’histoire) représentées sont bien trouvées: on nage en pleine dystopie, à chaque changement d’époque on se rapproche de la fin de l’humanité. A travers l’histoire de cet immortel l’auteur nous confronte avec les travers de notre espèce et à ce qui pourrait nous arriver si nous continuons comme ça: extinction des espèces, pertes d’humanité, solitude. Cette histoire d’immortalité semble être plus un prétexte pour nous envoyer un message: Attention, si on continue à faire n’importe quoi, ça va mal finir. L’ambiance du récit est assez anxiogène mais le ton ne se fait pas moraliste: ça ressemble plus à une énonciation de faits qui pourraient arriver.

Le voyage de cet homme seul fait un peu penser au film « The Man From Earth » de Richard Schenkman, que j’avais également beaucoup aimé.

Finalement ce n’est pas trop le pourquoi de l’immortalité qui est important, mais le voyage lui-même.

Les dessins sont magnifiques, très épurés. Chaque époque traversée est représentée par une couleur différente: dominante rouge pour le gril, verte et violette pour pétage de plombs par exemple.

 

Très bon moment de lecture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *